Du recul

Il y a de cela à peu près un an, je vous expliquais les raisons pour lesquelles j’avais arrêté à une période de ma vie la musculation.

Ayant depuis réintégré cette pratique à ma routine d’entraînement, allant jusqu’à ouvrir ma propre salle, j’ai décidé de vous expliquer pourquoi ce retour à ce vieil amour.

La sur sollicitation des fibres musculaires et l’usure qu’entraînent les charges lourdes dans la pratique classique de cette discipline étaient des effets que je ne voulais plus subir.

À cela, s’ajoutait une sorte d’enfermement dans lequel j’ai eu l’impression de tomber. J’avais le sentiment que l’intensité avec laquelle je me musclais en soulevant des poids presque quotidiennement ne me limitait dans le développement d’autres compétences physiques que j’avais soif d’expérimenter. Acquérir plus de souplesse, d’agilité, de vivacité et d’énergie, bref une plus grande connaissance et maîtrise des aspects globaux de ma génétique.

Je me suis donc mis à pratiquer diverses disciplines comme le yoga tout en exploitant de manière beaucoup plus complète l’entraînement au poids de corps.

Un enrichissement personnel

L’arrêt de la musculation en salle m’a donc permis de découvrir une palette extrêmement riche d’exercices sans poids dont je ne soupçonnais pas l’existence. J’ai ainsi pu approfondir l’appropriation de mon organisme et affûter mes sensations.

Mais ayant toujours plus soif d’améliorer ma pratique en plus d’être nostalgique des bonnes sensations des lourds poids et des gains en force brut de la musculation, je me suis pris à réviser mes conclusions.

Avec le recul, j’ai compris qu’en adaptant de manière plus douce la musculation à mes objectifs, je pouvais optimiser mes résultats. Il suffisait juste de sortir des méthodes traditionnelles du bodybuilding.

En effet, en abordant la chose avec le nouveau point de vue acquis durant ma coupure avec le culturisme, j’ai repris la pratique avec une approche que je n’avais, jusqu’à lors, jamais expérimentée.

Il s’est donc agit pour moi de mixer ma méthode libre de poids avec le matériel de la salle. Ce qui m’a permis de tester l’effet de répétitions beaucoup plus longues qu’à l’ordinaire, en réduisant considérablement les temps de repos dont j’avais anciennement l’habitude.

À la différence de mon expérience passée, j’utilise les poids et les machines en circuit training en ciblant l’ensemble du corps. Je ne travaille plus obligatoirement par groupe musculaire.

Pendant la séance, j’alterne parfois exercices au poids de corps (burpees, squat jump, pompes,…) et sur les machines en essayant d’avoir le moins de coupures possibles.

Les bénéfices

Les effets sont plutôt satisfaisant. J’ai augmenté mon endurance de force, ma définition musculaire, ma vascularisation (oui les grosses veines sur les muscles) ainsi que ma puissance musculaire (force multipliée par vitesse).

Un autre paramètre que j’ai modifié est la fréquence hebdomadaire. Je ne vais que deux fois par semaine à la salle.

En pratiquant de cette manière je ne pâtis plus des effets négatifs desquels je voulais me libérer. Moins de fatigue nerveuse et musculaire et une motivation maintenue dans la durée. Je n’ai donc pas loupé un entraînement depuis cette reprise. Alors que je sautais beaucoup plus de séances auparavant quand je pratiquais en cherchant à tout prix l’hypertrophie ou la force pure. Ainsi, la constance dans l’intensité et la régularité dans mon assiduité se sont vues largement augmentée.

Autre aspect positif de cette nouvelle approche, je transfère les gains de la salle beaucoup plus efficacement dans les autres disciplines que je pratique : yoga, arts martiaux, course, callisthénie, et tous les entraînement au poids de corps.

Une fois de plus, je constate donc que l’amélioration passe par l’ouverture d’esprit, la permanente remise en question de ses choix d’entraînement et l’expérimentation après une analyse de facteurs objectifs.

Je peux donc dire que j’ai renoué avec cette pratique encore plus enthousiaste qu’auparavant. Cela me permet d’enrichir toujours plus mon expérience personnelle et la connaissance de mon corps.

Étant coach sportif, je prends plaisir à communiquer les bienfaits de ma pratique personnelle à mes aktifs en extérieur comme à ma salle Atomik frome en unissant deux aspects de l’entraînement que j’affectionne.

Laisser un commentaire